Les Glycines, l'établissement

La résidence sociale expérimentale "Les Glycines" accueille depuis 2006 des personnes souffrant de troubles psychiques. A l’issue de cette période, divers constats ont été faits qui demandent une évolution du projet d’établissement afin d’apporter une réponse adaptée aux besoins des malades. Plusieurs facteurs clés de réussite de l’accompagnement des personnes handicapées psychiques au sein des Glycines ont été identifiés afin d’apporter une solution la  plus efficace possible et répondre à l’objectif principal de réinsertion dans le milieu ordinaire et autonome.

Les Glycines

Objectifs

Rendre possible une première insertion sociale pour des adultes souffrant d’un handicap psychique lié à la maladie mentale, mais dont l’état de stabilisation laisse espérer une capacité d’autonomisation progressive.

Population accueillie

L’établissement accueille des personnes handicapées psychiques, reconnues ou non aptes à une occupation professionnelle et dont l’état stabilisé pourrait permettre une première insertion sociale dans la cité, sous réserve d’un accompagnement adapté, et reconnues comme telles par la Commission des Droits et de l’Autonomie. Leur autonomie est suffisante pour gérer leur temps et elles ne souffrent ni d’un handicap moteur, ni de déficience mentale. Ces adultes sont âgés de 55 ans au plus. Le suivi régulier par une équipe psychiatrique référente est obligatoire pour chacun. Chaque personne devra s’engager contractuellement dans un projet d’autonomisation.

Zone d’intervention

Depuis 2010, létablissement est habilité à accueillir des personnes originaires de tout le département de la Savoie quelque soit leur secteur psychiatrique dorigine.

Philosophie

La structure mise en place se définit comme un lieu de résidence convivial, chaleureux, placé dans un contexte où les conditions de vie sont les plus normales possibles et ouvertes sur le réseau social ordinaire. Cette résidence, située en milieu urbain, offre un cadre de vie  quotidien plus souple et complètement ouvert pour permettre de retrouver confiance et estime de soi et des autres, favoriser les initiatives et la créativité personnelle pour dépasser, hors des structures de soins, son propre handicap; il ne peut que favoriser l'épanouissement personnel.

Se retrouver seul, isolé, génère des angoisses tellement importantes que même bien stabilisée la personne ne peut supporter ce vide. Elle est en perte de repères, de modèle et une  structure rassurante de type "pension de famille" ne peut que l'aider à se reconstruire.

L'hébergement social apparaît être une alternative au statut de malade, alternative  fondamentalement intégrative, la maladie n'étant plus le centre autour duquel tout s'organise.
Cet "autre regard" non médicalisé peut rompre la répétition des processus pathologiques et conduire à une autre identité symboliquement structurante.

La présente structure apparaît donc comme une unité singulière, innovante, en "prise directe" avec la ville, l'hébergement dans la cité faisant partie d'un processus de développement de l'autonomie individuelle et de possibilité de socialisation. Cette étape s'inscrit dans une théorisation qui, entre autres, articule soutien à l'insertion, évolution personnelle à son propre rythme avec développement de ses capacités et de ses initiatives, reprise de confiance en la vie et dans les autres, lutte contre la solitude, convivialité, rencontres, liens avec les autres, …

En référence au projet contractuel d’insertion sociale, les progrès d’autonomisation font l’objet d’une synthèse semestrielle permettant, si elle est positive, le renouvellement du séjour pour une nouvelle période de six mois. La durée totale du séjour est fixée à trois ans, cependant la prolongation du contrat sera possible en fonction des besoins et de l’évolution de la personne. La décision de prolonger le séjour au sein des Glycines restera néanmoins exceptionnelle et étudiée au cas par cas.

Définition de la structure

Conséquence de cette philosophie, la structure mise en place par l’UDAFAM se définit comme un lieu de résidence convivial en milieu urbain et comportant un nombre limité de petits appartements meublés autonomes, au nombre de 6 et de locaux collectifs.

Les résidents y  vivent en autonomie, chacun s'occupant de son appartement et en en étant responsable. Les locaux collectifs permettent des temps de vie sociale. L’équipe  éducative est composée d’une maîtresse de maison, d’un éducateur spécialisé et de deux animateurs. Leur présence est  effective six jours par semaine, du lundi au samedi. Aucun accompagnement ne sera prévu les dimanches et les jours fériés.

Chaque résident conserve son soignant, ou son équipe médicale (psychiatre/infirmier  référent). Des réunions périodiques de suivi sont organisées entre représentant de l'UDAFAM, résidents, soignants, proches (famille et/ou personne de confiance) ou représentants légaux (tutelle, curatelle), s'il en existe. Dans le cadre du Secteur Psychiatrique, une convention  particulière, s'inscrivant dans le cadre de la convention générale de partenariat déjà passée en Septembre 2002 entre le CHS Savoie et l'UDAFAM, a été mise en place pour pérenniser le partenariat.

C’est une structure-relais, acceptant le résident pour une durée assez longue. N'oublions pas que l'unité de temps dans l'évolution de la maladie mentale est plutôt l'année que le trimestre, mais qui, idéalement, ne dépassera pas trois ans.

Pour tout savoir sur Les Glycines, téléchargez le Projet d'établissement